L'énigme de la « crise forestière » d'Afrique Centrale

À la recherche des causes de cette « crise forestière » :
l'hypothèse climatique

À la recherche des causes de cette « crise forestière » :
l'hypothèse climatique

À la recherche des causes de cette « crise forestière » :
l'hypothèse anthropique

Voilà 2600 ans, la forêt d'Afrique Centrale s'est fragmentée. La savane est apparue par endroit tandis que des zones de forêt ont disparu.

Une augmentation de la température océanique aurait-elle contribué à une aridification responsable de l'apparition des savanes ?

Une baisse anormale des précipitations aurait-elle contribué à l'aridification responsable de l'appararition des savanes ?

Un pic démographique et la protoagriculture développée par les populations bantoues responsables du remodelage de la forêt ?

Reconstitution de la végétation à partir de l'analyse de cires de plantes préservées dans les sédiments du lac Barombi

Températures de surface de la mer dans le golfe de Guinée (°C)

Reconstitution des précipitations à partir de l'analyse de cires de plantes préservées dans les sédiments du lac Barombi

Population humaine

« Crise forestière »

Pas de changement majeur de la température océanique

Pas de baisse significative des précipitations

L'augmentation des données archéologiques régionales signale l'essor démographique des populations de l'Afrique Centrale à cette époque.

Aucun évenement climatique majeur ne peut expliquer cette "crise forestière"

L'activité humaine aurait donc fortement modifié le paysage
de cette forêt voilà près de 2 600 ans

3 000 ans